Pourquoi LA CLAYETTE ?

De «La Claete» à «La Clayette »

II n'est pas toujours facile de connaître l'origine d'un nom propre. La Clayette - prononcez La Clette - a eu au cours des siècles des dénominations bien différentes : La Claete, La Cleete, Lesclaiette, Claetà, Cleeta, Cletia, Clayeta. Depuis la fin du 16 e siècle «La Clayette» s'est imposée. Ce phénomène n'est pas spécial à notre ville, la liberté avec l'orthographe et les variations de prononciation des noms propres étant chose courante.

D'où vient le nom ? Une interprétation admise et assez séduisante, le rattache à clavette, du latin clavis, clef. La Clayette se situait à la limite de la Bourgogne et il y avait sans doute un poste de péage à cet endroit. D'où, La Clayette, clef de La Bourgogne.

L'abbé Mouterde avance l'hypothèse, mais n'y croit pas trop. Bien sûr, aujourd'hui encore le quartier près du château est appelé en «Bourgogne», cependant parler de «clef» à une époque où les limites étaient peu précises, changeantes, où les possessions des rois et des princesses s'enchevêtraient fréquemment, où les droits des uns et des autres étaient souvent contestés, parait bien subtil et en tout cas! bien contestable.

Une autre hypothèse semble beaucoup plus vraisemblable : le nom aurait pour origine claie, du bas latin clida, clia, mot dérivé directement du celtique cliath, cleath, et signifie ouvrage en claire-voie, treillage, clôture. Il peut donc s'agir d'une grosse claie ou «clayer» jetée sur le bourbier pour faciliter le passage à gué (l'endroit autour du moulin était marécageux) mais bien plus sûrement d'une barrière de bois qui servait à retenir les eaux pour le moulin. Cette dernière hypothèse paraît la plus vraisemblable.

A l'époque, la maison forte et le moulin étaient en contrebas au niveau du ruisseau de la Genête qui alimentait le moulin. C'était encore la situation à la fin du XIX e siècle. La route de Charolles séparant le moulin et le château était plus basse. D'importants travaux furent alors effectués : remblaiement de la Place des Fossés, démolition de l'ancien pont levis situé en face, construction de celui aligné sur la rue du Château, canalisation du ruisseau sous la route, construction de murs de soutènement le long du petit étang et en prolongement de la rue du Commerce.

D'autres villes ou hameaux en France ont dans leur nom le radical «claye», (1) dont Les Clayes sous Bois qui s'appelait jusqu'au 16 e siècle, «Clayette ». La ville était entourée de ruisseaux. (2)

(1) - Gérard TAVERNET, dans «Les noms de lieux de Bourgogne» donne : La Clayette : diminutif récent du latin CLITA, lapalissade, la barrière. A l'origine, il s'agit simplement d'un enclos.

(2) - Renseignements fournis par la mairie des Clayes sous Bois. Origines possibles du nom : CLORAC était le nom à l'époque romaine. Le maître du pays au XII e siècle, Sire de Clayes, a-t-il donné son nom à la ville ? Vint-il de CLETA (barrière) d'origine gauloise, des «claies» servant à barrer les petits ruisseaux entourant la ville.