Aux origines de LA CLAYETTE...

Extrait de l'ouvrage de Franck NADEL : "LA CLAYETTE : hier et aujourd'hui". Ouvrage encore disponible à la Maison de la Presse (M.Mme CHETAIL) et la Librairie 2B (M.Mme VAIZAND) ) à LA CLAYETTE.

Le site est charmant. Un petit ruisseau coule au pied d'une colline et alimente un moulin. Tout près se trouve la maison de Pierre et un peu plus loin une maladrerie, joignant la place du moulin.
C'est ainsi qu'une charte du Cartulaire de Lyon de 1258, renouvelée en 1275, passée au nom de Guillaume, chapelain de Châteauneuf mentionne ses possessions dans la paroisse de Varennes-sous-Dun.
Le nom apparaîtra en 1307 : Jean de Lespinasse reconnaît tenir en fief du roi de France «le grand étang dit de La Claete, avec le moulin attenant au dit étang».
Le château n'est pas encore mentionné. Par lettres patentes, en 1354, Jean le Bon, roi de France, accorde à Philibert de Lespinasse, chevalier, conseiller du roi, un délai jusqu'à Pâques pour faire hommage de l'étang et du moulin de La Claete «en considération des services qu'il a rendus et rend encore à nous et aussi à notre cher et fidèle parent Jacques de Bourbon, connétable de France».
Le fief venait de passer de Jean à Philibert.
Ce n'est qu'en 1368 que Philibert de Lespinasse reconnaît «tenir en fief de Jean, fils du roi de France, duc de Berry, la place ou lieu de son étang de La Claete, situé près de la maison forte dudit lieu avec toutes les appartenances de cette place».
Il est déjà question d'un petit château...
Le château actuel sera construit en 1380. Mais laissons Saint Julien de Baleure nous conter son histoire.
Le château «qui n'estait qu'une maison basse fut rebasti tout à neuf. Le sieur Lespinasse fait faire le donjon muny de quatre grosses tours rondes et deux corps de logis entre deux, avec la chaussée de l'étang. Tout lequel bastiment fut fait en un an depuis une teste de Toussaint jusqu'à l'autre. Tel bastiment mesmement la chaussée despleut au sieur de la Bazolle du nom et armes de Damas. Pour doncques saouler son despit il laschoit l'eau de son estang, et par la ravine et l'impétuosité d'icelle ruinait le nouveau estang de La Claete».
La querelle entre les deux seigneurs durera longtemps. Une partie importante des bâtiments de 1380 existe toujours.